Histoire partie 1

xx Avant propos
xx Chronologie
xx Remerciements
01 Secret of Inner Sanctum
02 Gates to another world
03 Isles of Terra
04 Clouds of Xeen
05 Darkside of Xeen
06 A strategic quest

Histoire partie 2

07 The succession war
08 Restoration of Erathia
09 Mandate of heaven
10 For blood and honor
11 Day of the destroyer
12 Writ of fate
13 Quest for the new world
14 Isabel's war
15 Heroes

Hors série

xx King's bounty
xx King's bounty : the legend
xx Arcomage
xx Dark Messiah
xx Heroes Kingdoms
xx Might & Magic Tribute
xx Warriors of Might & Magic
xx Legends of Might & Magic
xx Crusader of Might & Magic

Communautés

Portail sur Might and Magic
Catacombes de Port Libre
Might and Magic World
Castleblog
Mandate mania
Archangel Castle
Age of Heroes
RPG classics
The Spoiler

 

 
Graphismes 16/20

Lorsqu’on place un grand nom de la BD à la direction artistique le résultat est immédiat, c’est beau. On regrettera néanmoins le choix de conserver un moteur 3D temps réel pour certaines cinématiques qui du coup sont bien moins jolies que celles auxquelles nous ont habitués les épisodes précédents de NWC.

Jouabilité 14/20

En décidant de reprendre les concepts de HOMM 3, Ubisoft à résolument fait le bon choix, le jeu est agréable et on retrouve avec plaisir nos habitudes. On éprouvera cependant certaines difficultés d’adaptation aux maps en 3D.

Durée de vie 15/20

Comme pratiquement tous les jeux de la saga, la longévité est de mise, la campagne principale est longue et pleine de rebondissements, tandis que le mode multi et les maps ajoutées étendent largement l’expérience de jeu.

Bande son 15/20

Moins bon que ce à quoi nous avait habitué NWC, cependant on conserve des musiques épiques agréables à écouter, les bruitages sont de qualité et les doublages en Français acceptables.

Scénario 17/20

On ne peut qu’applaudir Ubisoft pour avoir su tirer parti des bonnes choses de l’ancien scénario tout en apportant un lot de nouveautés rafraîchissantes au sein d’un tout nouvel univers cohérent.

Note Générale 16/20

C’est un très bon jeu qui renoue avec les principes fondateurs de la saga.

 

 
JPEG - 217.6 kb
JPEG - 253 kb
JPEG - 227 kb
JPEG - 169 kb
Un retour aux sources apprécié

Avec ce titre Ubisoft signe sa reprise de la licence « Might and Magic ». C’est une bonne nouvelle qui attend les passionnés. Balayée l’histoire que nous connaissions, Ubisoft reprend tout depuis le début tout en écoutant les retours des joueurs sur le précédent volet.

Durant l’âge mythique, les races mortelles des « Anciens » furent crées comme "servants des Dieux Dragons". Le Dragon du Chaos créa les Seigneurs Démons et les démons. Durant l’antiquité (époque 3DO) la Guerre des Anciens éclata.

La destruction fut considérable, les royaumes originels furent anéantis. Les Démons profitèrent de la confusion générale pour s’infiltrer dans le monde. Se tapissant dans les endroits inhabités, ils recouvrèrent leurs forces petit à petit.

A l’âge moderne (époque Ubisoft) les Démons émergent en force et marchent vers la capitale de l’Empire. Cette guerre, connue sous le nom de la Guerre de la Reine Isabel est la portion d’histoire que cet épisode nous propose de suivre.

Le jeu comprend cinq campagnes en plus de la quête principale, chacun permettant de prendre le contrôle d’une des factions du jeu. Six factions sont donc proposées, chacune disposant de ses propres héros, unités et bâtiments, tout comme dans les opus précédent, jusque là tout va bien.

Au niveau du gameplay, joie et bonheur, c’est la même chose que HOMM III, la référence du genre. On retrouve avec une excitation non dissimulée des principes de jeu solides et stables, fini les héros surpuissants et les armées en goguette, on recrute en ville selon un cycle d’une semaine, comme au bon vieux temps, et ça c’est vraiment très bien.

Graphiquement, c’est superbe, les dessins ont été confiés à un grand nom de la BD, Olivier Ledroit, dessinateur des célèbres "Chroniques de la Lune Noire". Résultat, une forte identité visuelle, une charte totalement maîtrisée, et une profondeur sans appel.

Le moteur 3D tourne à merveille, cependant il est utilisé dans les cinématiques ce qui les appauvrit en rapport de celles auxquelles nous ont habitués NWC et 3DO. Le fait de pouvoir manipuler la map est une bonne chose lorsque la vue est limitée par le décor et le zoom nous plonge au milieu de l’action si on le souhaite.

Le système d’évolution des héros repose sur exactement les mêmes concepts que dans le troisième épisode, on dispose cette fois de pas moins de 200 compétences variant en fonction des factions. Les villes sont de toute beauté et de nouveaux bâtiments apparaissent.

Côté multijoueur c’est la fête puisque le jeu propose de jouer jusqu’à huit sur la même machine, ou en LAN ou encore sur Internet. Quid de la longueur des parties ? Le jeu propose de déterminer à l’avance le temps imparti à chaque joueur à chaque tour.

Mais surtout, lorsque ce n’est pas votre tour de jouer, vous disposez d’un fantôme capable d’explorer la carte, de hanter des bâtiment, réduisant leur production, des armées, diminuant ses caractéristiques, ou de prendre le contrôle de créature neutres. Et si deux fantômes se croisent ? Le combat est inévitable. Une méthode efficace éviter les temps morts.

Au final nous avons un jeu bien pensé, beau, basé sur des fondations saines et un gameplay solide qui ravira tout autant les anciens joueurs que les néophytes. Une reprise de licence de haut vol pour Ubisoft et une belle réussite.

 

 


La guerre d’Isabel

L’Empire Griffin se prépare à célébrer le mariage du jeune empereur Nicolaï Ironfist (vestige d’une très ancienne histoire ;-) …) et de sa dulcinée, Isabel. Mais les festivités sont interrompues par l’arrivée de démons !

Nicolaï prend les armes et mène son armée à la guerre. Isabel est incapable d’attendre passivement la fin du conflit. La guerre semble prendre mauvaise tournure, alors elle demande à Béatrice et Godric, qui composent son escorte, de partir chercher de l’aide.

Godric part vers les Villes Brillantes pour trouver les puissants mages qui y habitent. Béatrice décide de solliciter les armées elfiques d’Irollan. Isabel parcourt la campagne et tente de lever une milice.

Mais d’autres puissances sont ici à l’œuvre, des forces anciennes et obscures qui se préparent depuis des années...

 

 

Hammers of Fate

Dans cette extension la reine de l’empire a été gagnée par le mal et la folie, et c’est autour de bûchers d’hérétiques que le peuple peut désormais se réchauffer. Freyda suit naïvement les ordres de ses supérieurs, et part en croisade contre les rebelles qui, trop faibles pour faire face aux légions corrompues de la reine, trouvent du soutien sous terre dans le royaume des nains.

On notera donc l’apparition d’une nouvelle faction, les nains que vous ne pourrez jouer qu’à partir de la quatrième quête, une fois que Freyda s’est réfugiée chez eux.

Tribes of the East

Cette partie de l’histoire raconte la fin du règne de l’infâme usurpateur Biara. Vous y découvrirez l’influence démoniaque qui a corrompu les chevaliers Haven, obligeant les clans des Orcs à prendre les armes pour éradiquer la menace venue de la faction Inferno.

C’est avec cette extension que Dark Messiah et Heroes sont enfin réunis, non pas au niveau du scénario mais des personnages. En effet une nouvelle faction fait son entrée, les terribles Orcs, on appréciera également les 10 nouvelles cartes multijoueur et les 5 nouvelles cartes solo que cette version apporte au scénario général.

 

 

 

 

Les images, illustrations et textes provenant des jeux appartiennent de droit à leurs auteurs.

Jon Van Caneghem, New Wolrd Computing, 3DO, Ubisoft